Ma cabane au Canada

Oui, oui, MA cabane au Canada parce qu’un jour je me l’achèterai celle là !
Je l’aime, je la veux, elle est à moi, mon préciiiiieux…. Hum, hum, reprenons nous.

Je reviens ici sur notre week-end en amoureux, perdus dans le fin fond du Québec.

Bon, on était à 1h15 de Montréal, c’est pas vraiment le « fin fond du Québec » mais on était on ne peut plus seuls au monde!

Vous vous souvenez surement de mon état de fatigue et de ras le bol en partant. La neige tout ça, y’en avait marre! Je voulais du soleil, de la chaleur, de la pelouse et des bourgeons.
Autant vous dire tout de suite qu’on ne m’a pas écouté là haut car on s’est tapé du -16°c et une jolie petite tempête de neige de 20cm en une matinée.

Ceci sera donc, je l’espère, le dernier article PLEIN, PLEIN et PLEIN de neige que je vous fais d’ici les 8 prochains mois.

Voyez un aperçu de ce qu’on a vécu :

Oui, oui, Mr Bidoux et v3nuSia perdus dans un désert blanc. C’est effrayant je sais …

(un petit point météo avant d’aller plus loin : en ce moment il fait entre -2 et 5°c, du soleil, la neige fond doucement, on commence même à apercevoir de la vieille pelouse décédée autour des arbres :D)

Nous sommes donc partis le vendredi après-midi dans notre mini cooper S de loc’ (la voiture était assortie à mon téléphone <3), avec notre bouffe pour le week-end, notre couette, nos oreillers (oui, on avait l’air de gitans vous pouvez le penser) et avec le rhume et le mal de gorge : souvenez vous j’étais malade.

Le Québec ce n’est pas très en relief pour tout vous dire. Les grosses montagnes on oublie. Y’a des collines certes, qu’on appelle montagne ici mais that’s it.
Le dénivelé pour aller à la cabane n’était donc pas immense.
(on s’en fiche ? attendez vous allez comprendre.)
Au plus on se rapprochait de la cabane au plus mes oreilles se bouchaient, vous savez comme dans l’avion là. Et il est vite apparu qu’elles refusaient de se déboucher.
Clairement j’ai passé 10 jours avec les oreilles de même … J’ai tout essayé : souffler en se bouchant le nez, les lavements de sinus, les lavements d’oreilles à l’eau oxygénée et bicarbonate… Y’a rien eu à faire. J’ai cru que j’allais rester sourde !

Nous sommes donc arrivés à destination, Jérémy, moi et mes oreilles atrophiées tandis que nos hôtes nous attendaient pour nous donner les clés du chalet ainsi que les instructions.
Sauf que ! Sauf que Jérémy n’étant pas entouré de québécois toute la journée ne comprend toujours rien à l’accent et que moi j’entendais absolument rien…
Le fun pour communiquer quoi  🙂

L’endroit était parfait, la cabane était située au pied d’un lac, ou plutôt d’une étendue blanche en cette saison, avec personne aux alentours. L’équipement y était plutôt sommaire : une toute petite cabane, avec un poste radio, un canapé lit et un monopoly. C’est tout !
(J’aurai deux mots à dire sur la musique Québécoise d’ailleurs parce que 2 jours à écouter que ça c’était pas évident).
On en a donc profité pour se reposer, lire, jouer au monopoly (j’ai gagné héhé), se manger une raclette à 20$ les 100gr et faire des balades en raquette sur le lac gelé.

On a passé notre samedi à glandouiller de même puis le dimanche après midi nous sommes allés au parc du Mont Tremblant faire une randonnée d’une heure et demie.
Chose à savoir : quand on a des raquettes 1h30 de randonnée se transforme vite en 2h30… Mais ça valait vraiment le coup, la vue à l’arrivée était à couper le souffle.
On a en plus fait la rencontre d’un pic vert qu’on s’est amusé à regarder taper du bec dans un arbre durant notre retour de randonné (oui, week-end détente on vous a dit).

Le soir on s’en est allé manger à la cabane à sucre…

PAUSE

« Au Québec entre mi mars et mi avril, il est de tradition d’aller à la cabane à sucre. En effet c’est à cette période que l’on récolte la sève des érables qui servira après un brillant procédé à fabriquer LE sirop d’érable. Les érablières ouvrent donc leurs portes afin que les gens puissent visiter les exploitations et manger un menu traditionnel, le tout arrosé copieusement de sirop. On en met absolument partout : les betteraves, les saucisses, la tourte à la viande… Bref, ne contrôlez pas votre taux de sucre en sortant de là… »

Bien, après cette petite explication (et oui on sort la sève à l’aide d’un petit robinet planté dans l’arbre) je reprends.
Nous sommes donc allés à la cabane à sucre, se « sucrer le bec » comme on dit ici.
Je vous met le menu pour que vous compreniez de quoi je vous parle là :

« Soupe aux pois, pommes de terre, chou frisé et bacon
Roquette, iceberg, pommes et amandes, vinaigrette échalotes et érable
Pâté feuilleté porcelet et champignons
Poulet rôti, beurre d’estragon, pommes de terre fondantes
Bacon braisé à l’Adélard et saucisse de Gaspor
Omelette soufflée au fromage en grains
Pouding au pain, caramel aux pommes
Crêpes
Tire d’érable sur neige
Thé / café »

Ne vous méprenez pas, ce n’est pas « ou » entre chaque item, non, non… Vous mangez tout ça pour vous tout seul.
Perso après la soupe j’avais déjà plus très faim mais on a pu prendre tout ce qu’on avait pas fini en doggybag donc ça allait.

Nous sommes rentrés dimanche soir, bien repus et vraiment détendus de notre week-end.

Parce que j’avoue : j’en ai marre de la neige mais c’est quand même sublime et j’ai adoré ces 20cm de plus pour notre fin de semaine détente 🙂

Des photos, des photos, attention : c’est blanc !

Cet article a été publié dans Québec, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s