Parc national de la Mauricie

Nous avons testé une des activités phares du Québec : le canot-camping.
On est partis au Parc national de la Mauricie qui est à 2h00 de Montréal et qui déborde de lacs en tout genre.

Nous avions 3 jours devant nous et l’idée de faire ce qu’on appelle du portage : c’est à dire nous balader de lac en lac en portant notre canot sur certaines courtes distances terrestres.

Il faut savoir que quand tu pars dans un parc tu es bien loin de toute civilisation. Par exemple là nous étions à 30min de route de l’entrée du parc qui elle même est à 30min de route de la ville… Il faut donc prévoir d’emporter TOUT le nécessaire pour survivre pendant le séjour.
On a eu beau prendre très peu d’affaires, il fallait quand même amener tente, duvets, et nourriture.

Mon plan c’était ça :

Capture d’écran 2014-08-18 à 13.38.24

Partir du lac Wapizagonke, faire du portage pour aller au lac Caribou, passer ensuite au lac Maréchal puis au Lac Waber avec les petits portages, pour enfin revenir au lac Wapizagonke avec le 3km de portage.

Arrivés sur place, à l’accueil on nous a tout de suite aiguiller vers une autre alternative : partir du point Wapizagonke pour aller passer 2 nuits à l’emplacement numéro 15 en faisant le jour 2 une rando de 10km pour aller voir les chutes Waber.
Je vous laisse imaginer la tête que j’ai fais…
La météo je l’avoue était plus qu’incertaine pour les 3 jours et Jérémy moins téméraire ou plus raisonnable (au choix) que moi ne la sentait pas trop cette histoire de portage.

J’ai donc abdiqué pour l’option de la dame de l’accueil et j’ai compris quand j’ai vu comment on portait le canot que c’était une très bonne idée !!


IMG_9701

Le machin fait son petit poids : environ 40kg. Entre ça et toutes les affaires : Oublie le portage !!

Il nous a fallu une petite heure pour arriver à notre campement. Si vous rêvez de calme et de tranquillité c’est l’endroit idéal !
Le seul qui pourrait vous déranger c’est l’ours mais pas de panique, il y a un poteau en arrière du camp pour y suspendre la nourriture afin qu’il ne vienne pas retourner la tente au beau milieu de la nuit.

Je ne reparlerai pas des moustiques, j’essaie d’oublier ce passage difficile de ma vie 😉


Le lendemain nous sommes allés, jusqu’en canot, à Waber. Comme on s’est réveillés tôt nous étions les premiers arrivés sur place. On a déposé l’embarcation et sommes partis à pied.
Sur le chemin nous avons croisé un groupe de 4 jeunes qui eux avaient pris l’option portage… Les pauvres !! Ils étaient costaux mais ils avaient l’air de bien souffrir… Sur le coup on a béni la dame de l’accueil.

Je vous laisse en image découvrir la balade.


Quand on est repartis en milieu d’aprem c’était rempli de canot sur la plage ! Des dizaines et des dizaines …
On est vite repartis dans notre campement, profiter de la soirée, se baigner … sans touristes !
Sauvages nous?

On a eu malgré tout une petite mésaventure durant ce voyage : on avait pris, en prévision du portage, qu’un seul duvet en se disant qu’on dormirait sur les matelas avec le duvet en mode couette.
Première nuit Jérémy n’a quasi pas dormi, ça le démangeait sur tout le corps à se gratter au sang.
On a pensé que c’était mon savon bio à la citronnelle qui lui provoquait une allergie.

Le lendemain soir c’était moi qui avait envie de m’arracher la peau sauf que cette fois on n’avait utilisé ni savon, ni anti-moustiques (puisqu’il les attirait plus qu’autre chose), ni rien du tout. Connaissant cette sensation à plus petite échelle avec les draps de l’hôpital j’ai compris qu’en fait c’était les matelas sûrement traités chimiquement qui nous faisaient ça.
Après trempage et badigeonnage intégral de crème hydratante pour faire barrière on s’est couverts de la tête aux pieds pour enfin arriver à être confortables !

Vous imaginez nos têtes le dernier matin, pas lavés depuis 2 jours, avec le même maquillage pour moi depuis le départ, une nuit plus que courte et … le déluge o//

Et oui, parce que toutes nos sorties ne sont pas géniales et que ce matin là on avait franchement envie de se téléporter directos dans notre lit.

Profitant d’une accalmie et emballée dans un sac poubelle (car j’ai perdu mon K-way forcément) nous avons crissé notre camp vite fait!

Hop, tout sur le canot et pagaille jusqu’à la terre ferme en priant pour que le déluge ne se remette pas à tomber.

On a été chanceux la pluie a repris pile au moment où nous avions fini de ranger nos affaires dans la voiture.


On a voulu tenté une petite rando mais quand on a vu la brume qu’il y avait on a laissé tomber et on est rentrés se mettre au sec à la maison.

Même si c’était pas le week-end de rêve on en garde un bon souvenir, le parc est très beau et ça vaut la peine d’aller y faire un tour … Après la saison des moustiques !!

 

 

Cet article, publié dans Québec, Voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s