Initiation au pilotage d’un hélicoptère à Montréal

Pour mon anniversaire Vénusia m’a offert une initiation au pilotage d’hélicoptère. C’était fin octobre mais comme j’avais un planning chargé à cette période et que la météo n’était pas formidable, j’ai décidé d’attendre un temps clair et de la belle neige pour en profiter.

J’ai eu la chance de m’essayer à de nombreuses activités aériennes comme le pilotage d’avion de tourisme (merci Patrick), voltige aérienne dans un Pilatus PC7 (merci Dominique), vol à voile, parapente et saut en parachute mais il me manquait cette expérience. J’étais très heureux à l’idée de pouvoir faire un vol mais surtout d’avoir une petite leçon de pilotage pour apprécier la mécanique.

Je me suis rendu chez Passport-Helico où j’ai reçu un bon accueil de la part de mon pilote qui m’a fait un petit briefing. Il a été assez surpris car je n’avais pas beaucoup de questions, du coup nous n’avons pas perdu de temps et après avoir refait le plein et profité du moteur encore chaud nous avons décollé. Le vol devait durer 30minutes, mais il faut préciser que c’est 30minutes de moteur tout inclus, il ne faut donc pas perdre de temps !

Nous sommes partis en translation (ligne droite à vitesse normale) et il m’a laissé les commandes en restant vraiment très proche le temps de prendre confiance. Il m’avait indiqué que les commandes étaient sensibles j’ai donc fait attention. J’ai trouvé ça fin en effet, plus proche du pilotage d’un modèle réduit que d’un petit avion de tourisme. En réalité je pense que c’est très proche du pilotage d’un bel avion de voltige ou de chasse mais je ne peux pas comparer… En plus d’être vif, la manipulation ne demande pas d’effort c’est tout en minutie et en délicatesse.

Il m’a ensuite montré 2 atterrissages dans des champs différents, l’un dégagé et l’autre plus petit et au milieux d’une forêt. J’ai pu apprendre qu’en hélicoptère comme en planeur, le badin c’est la santé (expression qui veut dire qu’il faut toujours garder une bonne vitesse). J’ai été surpris mais on a évité le vol stationnaire le plus possible pour 2 raisons : cela consomme beaucoup d’essence (argent) et en cas de défaillance du moteur c’est beaucoup plus dangereux.

Après ces 2 démonstrations, et suite à ma demande, nous avons fait une nouvelle translation et cette fois en direction de Montréal que j’avais envie de pouvoir voir en tant que pilote. J’étais aux commandes et je ne devais pas trop mal me débrouiller car il a pris le temps de me prendre en photo 🙂 Je vais pas vous le le cacher c’était le meilleur moment surtout que la photo est bien !

Ça a été une très belle expérience ! 

Cet article a été publié dans Bon plan, Vie quotidienne, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s