Costa Rica : de Playa Grande vers Ostional

Jour 8 :

Capture d’écran 2015-05-21 à 14.02.33
Jeremy et moi ressemblons à 2 homards. Heureusement que notre chambre de la nuit avait la clim et que j’avais emporté avec moi un fond de tube de biafine. Et n’empêche qu’on a mal. Ce matin donc pas de surf pour nous, il faut être raisonnable et se protéger du soleil.
De plus hier soir en prenant des photos j’ai pris du sable sur mon appareil et la bague de mise au point fait « shcouk shcouk »… Là franchement ça m’angoisse.
On s’en va faire un tour sur la plage, prendre une marche et regarder les surfers qui déjà à 7h sont sur leurs planches.

En parlant des surfers, j’ai trouvé que c’est un monde assez étrange quand même : déjà on est d’accord que la plupart font ça pour le style et vont jusqu’à se décolorer les cheveux pour avoir le look à moins que l’eau de mer arrive à faire un tie and dye à un black !
Ensuite ils sont là, à attendre, encore et encore et certains vont peut être prendre 3 vagues dans la matinée en tout et pour tout… Bref, je comprend pas.

Après un repos à l’hôtel, à l’ombre surtout, on s’en va direction Ostional, plus au sud et surtout plus sauvage. On arrive dans un micro village très typique et très peu touristique. Notre hôte est un amour et nous met tout de suite à l’aise.

IMG_2828

On décide le soir d’aller prendre une marche sur la plage histoire d’essayer de voir des tortues car Ostional est connue pour avoir les plus grande arribadas au monde.
Une arribadas c’est lorsque des certaines de tortues viennent s’échouer sur la plage pour y pondre.
Malheureusement la saison finissait en mars mais il reste très courant de voir quelques tortues car elles viennent toute l’année sur cette plage.
Nous nous sommes senti très mal à l’aise ce soir là car cette plage est clairement un cimetière d’œufs de tortue.
J’ai été tellement dégoûtée que je n’ai même pas sorti mon appareil.
Des certaines de coquilles cassées jonchent la plage, on peut voir des trous par ci par là, certainement creusés par l’homme après le passage des tortues.
Car oui, un des fléaux ici c’est bien l’homme qui récupère les œufs pour les gober crus car ils seraient aphrodisiaque…
Lorsque ce n’était pas les trous fait à la pelle, on pouvait apercevoir des dizaines de vautours posés sur la côte, attendant qu’un des nombreux chiens errants déterre des œufs pour finir de les manger.
Vous imaginez l’ambiance…
On a quand même marché une petite heure la nuit tombée, cherchant, à la lampe de poche, une possible tortue venue pondre mais nous n’avons rien vu et heureusement car un type louche attendait sur la plage et semblait lui aussi chercher les tortues. Il ressemblait clairement à un braconnier et j’aurai été horrifié de le voir déterrer les œufs.
En revenant au village, nous tombons sur une famille, pelles à la main, partant sur la plage : nous ne nous étions pas trompé et nous sommes rentrés à l’hôtel un peu dégoûtés de ce que nous venions de vivre.

Cet article, publié dans Voyages, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s